Cinémathèque de Tours
Vous êtes ici :
Retours sur événement

Retours sur événements ou rencontres

Retour sur la 3e édition de Viva il cinema!

Voir l'image en grand JFI 2016 thélèmeLa troisième édition des Journées du film italien Viva il cinema ! s'est déroulée du 2 au 6 mars 2016.

Cette troisième édition a permis de confirmer le succès de Viva il cinema! avec une hausse notable du nombre de spectateurs.

Après l'hommage rendu à Claudia Cardinale en 2015, ce sont Marco Tullio Giordana (Les cent pas, Nos meilleures années, Léa), Francesca Archibugi (Dans la soirée, Le Prénom du fils) et Andrea Jublin (Banana) qui sont venus à Tours pour cet événement appelé à prendre de l'ampleur.

L'édition 2017 est en préparation.

Le Bonheur de Medvedkine en ciné concert

Voir l'image en grand Le Quatuor MedvedkineLe 4 décembre 2015 le jeune quatuor à cordes tourangeaux "Medvedkine" mettait en musique Le Bonheur d'Alexander Medvedkine.

La création musicale contemporaine a servi à merveille l'oeuvre filmique ironique, poétique et politique du dissident soviétique Medvedkine. Ce fut une soirée exceptionnelle proposée au petit Faucheux, co-producteur du projet..

Focus sur le Festival du court métrage de Tours (1955 - 1971)

Voir l'image en grand

Lundi 13 avril 2015 la Cinémathèque proposait une soirée spéciale, dédiée au Festival du court-métrage de Tours (1955 - 1971), un des trois plus grands festivals de l'époque, avec ceux d'Annecy (cinéma d'animation) et de Cannes (longs métrages)

Cette soirée était organisée à l'occasion de la sortie du livre consacré à cet événement, "Tours capitale du court métrage".

Initiée par Agnès Torrens, directrice de la Cinémathèque, l'écriture de cette cette page de l'histoire du cinéma et de l"histoire de Tours a été effectuée par Donatien Mazany, professeur d'histoire et publiée par les Editions Anovi.

Dans la salle étaient également présents Pierre Favre, alors journaliste à la Nouvelle République et qui a couvert une très grande partie du Festival.

Voir l'image en grandLes éclairages apportés par Donatien mazany et Pierre Favre se complétaient bien et ont permis aux personnes présentes de se (re)plonger dans l'effervescence de ce grand festival du film court.

Pour l'occasion, quatre films très différents, tous les quatre présentés à Tours lors du festival, furent projetés : Le Sabotier du Val de Loire de Jacques Demy, Dimanche à Pékin de Chris Marker, Le Coup du berger de Jacques Rivette et La Chasse (A Caça) de Manoel de Oliveira.

Le livre est en vente dans toutes les bonnes librairies, au prix de 19 €.

Il retrace à la fois chronologiquement et thématiquement l'histoire de ce festival, est illustré de niombreuses photographies et est préfacé par Patrice Leconte, qui fit ses premeirs pas de cinéphile sur ce festival comme spectateur, mais également comme réalisateur, car c'est lors de ce festival qu'il présenta son premier court.

Article de la NR sur le sujet

Donatien Mazany invité de "Cinéma Paradiso" sur Radio Campus Tours

Les Journées du film italien, Viva il cinema - 2e édition

Voir l'image en grand C. Cardinale / photo Serge BodinDu 11 au 15 février 2015 se sont tenues les Journées du film Italien, avec plus de films, plus d'invités et plus de spectateurs que la première année, en 2014. En effet, la fréquentation a quasiment doublé.

Ce fut l'occasion de découvrir de très beaux films jusque-là quasi invisibles, de joyeux et gourmand moments de convivialité et de belles rencontres. Parmi ces dernières, celle avec Claudia Cardinale fut bien sûr un très grand moment.

Extraits de la revue de presse ici.

Radio Campus ets venue écouter les réflexions de la table ronde "Où en est le cinéma italien?"

Cliquez ici pour écouter la première partie, ici pour la deuxième.

Soirée ciné mémoire sur les Etablissements Cadoux

Voir l'image en grand D. Maugars et ses comparsesLundi 19 janvier la Cinémathèque ouvrait ses portes au département Archives et patrimoine de Ciclic pour une soirée consacrée à un pan de la mémoire ouvrière locale. Les ouvriers et le ciné club des anciens Etablissements Cadoux, entreprise de construction de matériel ferroviaire située à Saint Pierre des Corps, étaient à l'honneur.

La soirée s'est déroulée en deux temps : projection d'une sélection d'images d'archives conservées par Ciclic puis projection du documentaire Des hommes véritables, de Dominique Maugars (2003), produit par Sans canal fixe.

Dominique Maugars était présent. Ses éclairages, complétés par ceux de Jean Benoit Pechberty de Ciclic et d'Yvan Petit, membre de Sans canal fixe et monteur du film, ont contribué au caractère exceptionnelle de la soirée. Etaient présents dans la salle des anciens collègues de Dominique Maugars, des membres du ciné club de Cadoux. Certains connaissaient le film, voire y avaient participé, d'autres le découvraient et y ont aperçu un parent.

L'émotion était palpable et c'est tout un pan de la culture ouvrière qui a ressurgi ce soir-là.

Soirée en présence de Jean-Charles Fitoussi

Jean Charles Fitoussi est venu le 8 décembre 2014 présenter Le Dieu Saturne (2004) et L'Enclos du temps (2012), film inédit.

Si l'oeuvre de ce jeune cinéaste a déjà fait l'objet d'une rétrospective à la Cinémathèque française, ses films n'étaient encore jamais passés à Tours, alors que Jean Charles Fitoussi est d'origine tourangelle.

L'ancien élève du Lycée Descartes a évoqué avec générosité et humour sa démarche créatrice.

La soirée du 8 décembre.

Jean Charles Fitoussi à la Cinémathèque française

Une soirée exceptionnelle, en présence de Garri Bardine

Garri Bardine, M. Gaillard et A. TorrensVoir l'image en grand Garri Bardine avec sa traductrice Monique Gaillard et la directrice de la Cinémathèque, Agnès Torrens. Garri Bardine, un des plus grands réalisateurs d'animation du monde, était présent à la soirée de la Cinémathèque du 6 octobre 2014. Il s'est prêté au jeu de la présentation et de l'échange avec plaisir, humour et gentillesse, pour le plus grand bonheur de tous.

Né en 1941 en URSS, Garri Bardine a tourné des films d'animation qui ont traversé les frontières et ont été primés dans les plus grands festivals du monde.

Avec des matériaux très simples (des allumettes, du fil de fer de la pâte à modeler ...) et de la musique, art qu'il aime par dessus tout, Garri Bardine réussit à en dire plus long sur le monde tel qu'il va que ne le ferait un long discours. Les spectateurs ont pu voir quatre de ses courts métrages, réalisés entre 1983 et 2000 et découvrir son dernier film, inédit, Trois Mélodies (2013)

C'était une grande chance d'avoir pu rencontrer ce grand monsieur, cet "enfant professionnel" qu'il a expliqué être, lui qui n'a eu de cesse, tout au long de son existence, de recréer et animer les jouets qu'il n'a pas eu enfant.

Merci, monsieur Bardine, d'être venu nous rendre visite.

Cette soirée était organisée en partenariat avec l'Abbaye de Fontevraud, dans le cadre de "Suivez la route de l'animation", événement initié par l'Abbaye de Fontevraud.

Les 100 ans de Charlot, en compagnie de Serge Bromberg

Photo de S. Bromberg et A. TorrensVoir l'image en grand Serge Bromberg à Tours, avec Agnès Torrens, la directrice de la CinémathèqueLundi 22 septembre 2014 la Cinémathèque a ouvert ses portes avec un ciné concert Retour de flamme consacré au centenaire de Charlot.

Les films étaient présentés et accompagnés au piano par Serge Bromberg des éditions Lobster, qui met tout son talent, son énergie et son humour au service du cinéma et de son histoire. Ce soir là, nous avons pu découvrir des films de Charlot de 1914, comme on ne les avait encore jamais vus, magnifiquement restaurés. En préambule, Serge Bromberg a expliqué les grandes lignes du travail de restauration des films et projeté un documentaire sur le sujet.

C'était passionnant mais attention, le film flamme en nitrate, ça flambe!

Merci Charlot, merci Serge!

Les Journées du Film Italien, Viva il cinema!

La Cinémathèque est une des structures organisatrices des premières Journées du Film Italien, Viva il cinema! qui se sont déroulées à Tours du 5 au 10 février 2014.

Présentation video des Journées du Film italien :

Ces Journées, qui ont pour but de donner un aperçu du renouveau du cinéma italien, en le remettant en perspective avec l'histoire italienne et celle du cinéma italien, ont rencontré leur public : 2300 personnes se sont déplacées pour assister à une des neuf projections proposées, rencontrer les invités, écouter une conférence ou encore voir une exposition d'affiches de cinéma.

Il y aura une deuxième édition que l'on espère bien sûr étoffée par rapport à la première.

Volker Schlöndorff à Tours

Photo de V. Schlöndorff aux StudioVoir l'image en grand Cinémathèque de Tours Volker Schlöndorff à la Cinémathèque de ToursLundi 12 novembre les Studio rendaient hommage au cinéaste allemand Volker Schlöndorff.

A 14 heures et à 19h30, en partenariat avec la Cinémathèque, ils projetaient une nouvelle version du Tambour, en présence du réalisateur. A 18h30, celui-ci dédicaçait ses deux livres, "Tambour battant : Mémoires" de Volker Schlöndorff, et "La Mer à l’aube : Les dernières heures de Guy Môquet".

Pierre Etaix à Tours, la ville de son Grand Amour

Le 28 juillet 2010 Pierre Etaix était à Tours

A l'invitation de la Cinémathèque et des cinémas Studio, Pierre Etaix était à Tours le 28 juillet 2010.

Il a présenté son film "Le grand Amour", entièrement tourné à Tours durant l'été 1968.

Les quartiers tourangeaux sont aujourd'hui encore très reconnaissables.

Le public était au rendez-vous et n'a pas manqué de poser de nombreuses questions à Pierre Etaix, qui s'est prêté au jeu de très bonne grâce et avec, évidemment, beaucoup d'humour.

Il s'est amusé à rejouer des petits morceaux de scènes dans la gare ou rue de Bordeaux, dans la même voiture de sport que celle du film, mais, quarante-deux ans plus tard, la voiture rouge est devenue orange ...

Etaix à Tours en 2010Voir l'image en grand Etaix à Tours en 2010

Pierre Etaix saute dans sa voiture, scène du Grand amourVoir l'image en grand Pierre Etaix saute dans sa voiture, scène du Grand amour